Bienvenue sur le Wiki de Wargaming.net !
Variantes

Navires du Japon

Aller à : navigation, rechercher

En raison du rework récent des porte-avions, certains passages ont été retirés en attendant leur actualisation.

Le Japon est un pays insulaire, la Marine Impériale Japonaise (IJN) a donc toujours été au premier rang des forces armées du pays, ceci grâce à des technologies navales avancées, une industrie de la construction navale de qualité et des équipages compétents. Le Japon s'est également tourné vers les pays étrangers et a volontiers accepté leurs services, que ce soit en assimilant leurs technologies après la ré-ouverture de ses frontières ou en effectuant des échanges militaires fréquents avec les marines néerlandaise, française, britannique et américaine. En outre, les académies navales de ces pays ont accueilli de nombreux étudiants des écoles navales japonaises, et leurs chantiers navals ont construit plusieurs navires japonais. Au début de la Seconde Guerre Mondiale, la Marine Impériale Japonaise était une des rares nations qui avaient entièrement adoptée l'aéronavale et la seule marine à avoir développé des torpilles de haute technologie.


Tout au long de son histoire, la marine impériale a remporté des victoires éclatantes et a développé des innovations technologiques. À titre d'exemple, on peut citer la bataille de Tsushima, la destruction du HMS Prince Of Wales et du HMS Repulse, le premier véritable porte-avions du monde, la redoutable torpille Type 93 « Long Lance », sans compter certains croiseurs et destroyers qui, bien qu'étant plus anciens que ceux de leurs adversaires, sont restés les navires les plus performants de leur classe durant la Seconde Guerre mondiale, toutes nations confondues. Cependant, plusieurs erreurs et oublis commis pendant la guerre par la marine impériale ont eu comme conséquence sa quasi-annihilation par la marine américaine. L'attaque sur Pearl Harbor était une victoire tactique mais une erreur stratégique, poussant à la guerre une nation qui, bien que peu préparée et peu disposée à entrer en guerre, disposait de ressources illimitées et de capacités de production inégalées. De plus, quasiment aucune des installations auxiliaires — chantiers de réparation navale, dépôts de carburant, infrastructure logistique — n’ont été touchées lors de cette attaque, permettant aux États-Unis de récupérer rapidement et de frapper fort en retour pour se venger. En revanche, le Japon n’avait pas les ressources nécessaires pour remplacer ses pertes aussi vite et dépendait énormément de ses importations. Réduire cette dépendance était d'ailleurs l'une des raisons principales derrière les désirs expansionnistes du Japon. Les investissements insuffisants de la marine impériale dans la lutte anti-sous-marine et dans l’armement antiaérien a permis à la marine américaine de pousser peu à peu le Japon à la reddition.

Les navires japonais ont de grandes variations de conception : chaque classe de navire est susceptible d'avoir des caractéristiques sensiblement différentes de celle du rang précédent, la marine japonaise ayant constamment expérimenté avec les différentes conceptions et doctrines qui l'ont influencé. Dotés systématiquement de torpilles plus performantes, de canons précis et à longue portée infligeant des dégâts par salve importants, d'une grande capacité de dissimulation et de mobilité, mais souffrant d'une faible capacité de survie, d'une défense antiaérienne médiocre et d'une cadence de tir peu élevée, leur style de jeu est très proche de la doctrine de la « bataille décisive ». Cette doctrine, qui a dominé la tactique de la marine impériale, préconisait de frapper rapidement, puissamment et avec précision les cibles d'importance ou inopinées, tout en gardant à l'esprit que chaque coup reçu allait être douloureux.


Destroyers

Les destroyers japonais requièrent de demeurer non détectés et à faire bon usage de leurs torpilles. L’arbre technologique se sépare au Tier V après l’Isokaze, avec une ligne se focalisant sur les torpilles et l’autre sur les canons, cette dernière se terminant au Tier VIII.

Fubuki, Destroyer de Tier VI

Les destroyers se focalisant sur les torpilles disposent de canons faibles, tournant lentement, lesquels ne valent pas la peine de tirer à moins qu’ils ne soient tous pointés en direction du même ennemi. Et même en ce cas, il est tout de même préférable de ne pas tirer pour ne pas être détecté. Les problèmes de dissimulation sont amplifiés avec les générateurs de fumée des destroyers japonais, lesquels ont moins de charges et durent moins longtemps, accordant dès lors moins de flexibilité à leurs capitaines pour se sortir de mauvaises situations. Leurs torpilles sont sans rivales à tous les tiers, possédant les dommages les plus élevés et la meilleure portée de tous les navires équipés de torpilles. Cela permet de tirer sur les navires ennemis alors même qu’ils sont au-delà de la portée de détection visuelle. A partir du Yugumo en Tier IX, leurs canons deviennent plus efficaces et les capitaines ont le choix parmi trois types de torpilles : avec une haute vitesse (jusqu’à une incroyable vitesse de 76 nœuds !) en contrepartie d’une moindre portée, une très longue portée mais avec une vitesse faible (le terme « faible » étant quelque peu impropre, puisque ces torpilles vont à plus de 60 nœuds), et une option intermédiaire avec une vitesse et une portée moyennes. Cela permet des styles de jeu variables et peut amener vos adversaires à s’y perdre. Combinée avec la compétence « Accélération des torpilles », les torpilles à courte portée peuvent être particulièrement vicieuses dans la mesure où il devient presque impossible aux capitaines ennemis d’esquiver des torpilles lancées à près de 81 nœuds.

Akizuki, Destroyer de Tier VIII

La branche mettant l’accent sur les canons n’est pas, malgré les apparences, similaire à la branche des destroyers américains, mais certains des défauts empoisonnant la branche torpilles sont résolus jusqu’à un certain point, augmentant d’autant leurs capacités globales, tout en conservant les caractéristiques distinctives des destroyers japonais. Cependant, toutes ces améliorations sont progressivement implantées dans un processus graduel, les capitaines ne sentiront vraiment les différences qu'à partir du Shiratsuyu en Tier VII et de l'Akizuki au Tier VIII. Les vitesses de rotation de leurs tourelles sont meilleures, leurs canons tirent plus rapidement et plus loin (les dégâts des obus et leur vélocité sont quasiment les mêmes) et ils ont un meilleur équipement anti-aérien. Étonnamment, leurs dissimulations sont supérieures à celles de la ligne axée sur les torpilles, et les deux lignes ont accès aux mêmes modèles de torpilles. De plus, cette branche axée sur les canons a même une meilleure version du consommable « Boost du rechargement des torpilles » ! Malheureusement, les destroyers de cette ligne (à juste titre) ont moins de tubes lances-torpilles, un temps de rechargement de base plus long, leur mobilité est parmi les plus mauvaises chez les destroyers, avec une vitesse et une manœuvrabilité inférieure ainsi qu'une très mauvaise accélération.

Croiseurs

Myoko, Croiseur de Tier VII

Comparés aux Américains, les croiseurs japonais ont moins de canons, mais ceux-ci sont souvent plus puissants, quoique généralement logés dans des tourelles qui pivotent lentement. Ils ont aussi souvent de meilleures manœuvrabilité et dissimulation, mais ont des citadelles très fragiles. Cependant, le vrai danger se situe dans leurs torpilles : pratiquement tous les croiseurs japonais sont équipés de torpilles équivalentes à celles de leurs petits cousins, les destroyers. Cette particularité est accentuée par le fait que, aux tiers plus élevés, les tubes lance-torpilles sont situés à l'arrière du navire. Ne soyez pas dupes, si un croiseur japonais commence à vous tourner le dos en plein combat, il a sûrement lancé une salve de torpilles dans votre direction. Leur armement antiaérien est suffisant pour assurer leur propre défense, mais leur permet difficilement de protéger leurs coéquipiers contre des assauts aériens. Le Zao est considéré comme le summum de ce que les Japonais attendaient de leurs croiseurs : frappant le premier et avec force, capable de réserver de mauvaises surprises aux navires osant s'approcher trop près durant les escarmouches, et, de manière générale, très efficace pour combattre les autres navires.

Cuirassés

Yamato, Cuirassé de Tier X

Les cuirassés japonais ont été quelque peu limités par le Traité naval de Washington, traité obligeant le Japon à recourir à des conceptions peu communes, mais souvent novatrices lorsqu'il s'agissait d'équiper ses cuirassés. C'est la raison pour laquelle les cuirassés de la marine impériale ont des caractéristiques très différentes les uns par rapport autres : le Kawachi est lourd et lent, le Kongo, rapide et agile, le Nagato, bien équilibré, et, couronnant l’arbre des cuirassés japonais, le formidable Yamato. Les cuirassés japonais sont dotés la plupart du temps de canons de plus gros calibre possédant la plus longue portée de tir de leur rang, portée qu'ils peuvent encore augmenter en utilisant leur avion de reconnaissance, ce qui leur permet de semer impunément la destruction dans les rangs ennemis. Cependant, leurs batteries sont moins précises à courte portée que celles de leurs homologues américains bien qu'elles restent plus précises à longue portée. Leur blindage est légèrement inférieur mais mieux réparti sur l’ensemble du navire.

}}

Destroyers

Ship_PJSD001_Tachibana_1912.png
II Tachibana Doubloons
Ship_PJSD017_Kamikaze_1930.png
V Fūjin Doubloons
Ship_PJSD106_Fubuki.png
VI Fubuki
Ship_PJSD706_Shinonome.png
VI Shinonome Doubloons
Ship_PJSD507_Yudachi.png
VII Yūdachi Doubloons
Ship_PJSD108_Akizuki.png
VIII Akizuki
Ship_PJSD208_Kagero.png
VIII Kagerō
Ship_PJSD518_Asashio.png
VIII Asashio Doubloons
Ship_PJSD598_Black_Asashio.png
VIII Asashio B Doubloons
Ship_PJSD708_HSF_Harekaze.png
VIII HSF Harekaze Doubloons
Ship_PJSD718_AZUR_Yukikaze.png
VIII AL Yukikaze Doubloons

Croiseurs

Ship_PJSC015_Tatsuta_1919.png
III Tenryū
Ship_PJSC503_Katori.png
III Katori Doubloons
Ship_PJSC004_Yubari_1944.png
IV Yūbari Doubloons
Ship_PJSC013_Kuma_1938.png
IV Kuma
Ship_PJSC007_Aoba_1943.png
VI Aoba
Ship_PJSC008_Myoko_1945.png
VII Myōkō
Ship_PJSC009_Mogami_1935.png
VIII Mogami
Ship_PJSC038_Atago_1944.png
VIII Atago Doubloons
Ship_PJSC598_Black_Atago.png
VIII Atago B Doubloons
Ship_PJSC708_ARP_Takao.png
VIII ARP Takao
Ship_PJSC012_Ibuki_1944.png
IX Ibuki
Ship_PJSC510_Azumaya.png
IX Azuma
Ship_PJSC034_Zao_1944.png
X Zaō

Cuirassés

Ship_PJSB011_Mikasa_1905.png
II Mikasa Doubloons
Ship_PJSB001_Kawachi_1912.png
III Kawachi
Ship_PJSB003_Myogi_1912.png
IV Myōgi
Ship_PJSB008_Ishizuchi_1921.png
IV Ishizuchi Doubloons
Ship_PJSB006_Fuso_1943.png
VI Fusō
Ship_PJSB506_Mutsu.png
VI Mutsu Doubloons
Ship_PJSB010_Nagato_1944.png
VII Nagato
Ship_PJSB507_Ashitaka.png
VII Ashitaka Doubloons
Ship_PJSB013_Amagi_1942.png
VIII Amagi
Ship_PJSB508_Kii.png
VIII Kii Doubloons
Ship_PJSB021_Izumo_1938.png
IX Izumo

Porte-Avions

Ship_PJSA108_Shokaku.png
VIII Shōkaku
Ship_PJSA518_Kaga.png
VIII Kaga Doubloons
Catégorie :